Langues, cultures et droit comparé

Puisque le droit s’exprime d’abord par la langue, à la fois écrite et parlée, et parce que chaque langue est véhicule de droit et de notions juridiques, le droit et la langue sont évidemment inséparables, indissociables. Lorsque des juges s’expriment sur la définition de leur rôle, sur leurs fonctions et pouvoirs, de même que sur leurs pratiques, ils le font distinctement, en fonction de la langue parlée et du médium de communication en cause. C’est à travers cette lentille bien particulière que nous avons analysons ici les perceptions des juges quant à leur rôle lors de l’approbation des transactions conclues dans le cadre de recours collectifs, puis tenté d’isoler le facteur de la diversité linguistique. Nous y formulons une définition plus universelle de ce rôle, dans un esprit de réforme du droit, nuancée toutefois par certaines considérations culturelles et sociales propres aux juridictions étudiées.

Ce contenu a été mis à jour le septembre 8, 2015 à 21 h 29 min.